Roméo et Juliette

Roméo et Juliette

De William Shakespeare, Adaptation de Cécile Leterme - Mise en scène par François Ha Van

« Deux familles égales en noblesse…
De vieilles rancunes, des aigreurs, de la haine brusquement ravivées, des fureur vengeresses provoqua des bagarres où le sang coula trop »

Monter Roméo et Juliette au 21e siècle

Cécile Leterme, angliciste et comédienne de la troupe Le vélo Volé, a réalisé en collaboration avec François Ha Van une adaptation contemporaine mais respectueuse de l’oeuvre de Shakespeare et de sa chronologie.
Dans cette adaptation, le personnage de Frère Laurent devient central : il crée le lien entre notre présent et l’intrigue shakespearienne. Il assure tantôt le rôle d’un conteur, à l’heure même de la représentation, tantôt son propre rôle dans la pièce. Il traverse les siècles… et les théâtres pour témoigner contre l’absurdité.
Bien qu’ancrée dans notre siècle, la mise en scène élude la référence à une époque particulière. Le choix du noir et blanc dans la scénographie et les costumes pourra renvoyer à un passé, mais créera davantage l’étrangeté, la contrainte, une absence de repère. Seules de rares touches de rouge surgissent par contraste : le rouge éclatant de l’amour, celui des roses sur le corps de Juliette, mais surtout le rouge du sang, de la mort. Cinq morts sur le plateau, cinq taches de sang.
Si le drame se déroule à Vérone, il s’apparente à des conflits divisant les peuples aux quatre coins du monde.
De l’universalité de l’oeuvre est né le choix de divers emprunts culturels.
La musique, jouée sur le plateau, est à forte influence tzigane. Elle soutient le cri de désespoir mais aussi d’amour que porte le texte. Cette musique rit, pleure, mais jamais ne se plaint. A la manière gitane, elle conserve dignité et vie. La tête haute, elle se place constamment au-dessus.
Les combats empruntent à l’Orient son esthétique guerrière. François Ha Van, aidé d’un maître d’art martial, a réglé les combats à main nue, au couteau et au bâton, donnant à la violence et au danger une réalité forte.


Durée : 1 h 45

Scénographie : François Ha Van, Sarah Heitz-Ménard

Lumières : François Ha Van

Musique : Raphaëlle Sahler, Marie Tournemouly

Régie : Matthieu Madelaine

Costumes : Aurélie Torché

Avec :

Sophie Garmilla
William Dentz
Et en alternance :
Benoît de Balanda
Grégoire Bourbier
Gregory Corre
Thibault Couillard
Stéphanie Germonpré
Julie Quesnay
Rafaël Reves
Raphaëlle Sahler
Loïc Samar
Sylvain Savard
Laurent Suire
Guillaume Tagnati
Marie Tournemouly

Ils en parlent :

« Un ton enjoué, drôle, insouciant,et puis des rires aux larmes »

Ouest France

« Une énergie et une puissance scénique, une réussite totale »

FROGGY'S DELIGHT

« La musique tzigane agrémente à merveille une mise en scène sobre,allez-y ! »

BILLETREDUC

« Une soirée remarquable conclue par les applaudissements nourris d’un public venu nombreux et manifestement conquis par la qualité du spectacle. »

LADEPECHE.fr

« Une belle équipe pleine de fougue et d’amour de la scène »

FIGAROSCOPE

« Les amateurs de théâtre en ont eu pour leur compte dimanche soir avec la représentation de Roméo et Juliette de Shakespeare. Le château de Bonaguil, élégamment éclairé, était le lieu idéal pour l’interprétation de la compagnie du Vélo volé.  »

Sud-Ouest

« Roméo et Juliette proposée par la compagnie le Vélo volé est une merveille d'intelligence et de beauté plastique. »

La Provence