La philosophie des cours de théâtre

L’esprit des cours de théâtre professionnels du Vélo Volé, par le fondateur de la compagnie.

Pour moi, un cours de théâtre est d’abord l’apprentissage de la Troupe, d’abord un regard posé sur l’Autre, car l’Autre est à mon sens essentiel à l’acte théâtral. L’Autre, c’est aussi les Autres, le texte, la scénographie, le ou les partenaires de jeu, le corps et la voix des Autres, sa propre voix, son propre corps, etc. Et ne pas prendre conscience de tout cela en jouant serait réducteur. C’est pourquoi chaque séance de travail commence par un travail physique intense, pendant lequel les apparences, le vernis doivent s’effondrer.

Appréhender l’extérieur, ouvrir ses sens au monde environnant. Apprendre à solliciter son corps, dans un effort sain, collectif, mais aussi dans ses propres limites. Pas de compétition. La seule qui existe, c’est avec soi. Les cris, les hurlements d’encouragement de ses camarades lors d’exercices ludiques mais aussi intenses, où le cœur monte en régime, confèrent à la constitution d’un groupe de travail, un vrai. Là commence le Théâtre : les émotions vraies, l’essoufflement, la fatigue, l’envie de se dépasser, la relation forte avec l’Autre, et le plaisir immense de sentir son corps progresser entouré de comédiennes et comédiens ayant un seul objectif commun : aller plus loin, encore et toujours, pour atteindre cette fondamentale détente nécessaire au jeu de l’acteur.

Courir, marcher, crier, rire, pleurer, jongler, murmurer, manipuler des balles, des armes – fictives – de théâtre : bâtons, couteaux en bois, revolvers, puis rire encore, muscler ses abdominaux, « faire sa voix », respirer, chanter, danser, s’étirer longuement, etc. Tout ceci est quotidien : ce sont à mon sens les gammes de l’acteur.

Ensuite, que ce soit en improvisation, en travail de scènes, en création de spectacles, l’énergie que l’on apprend à convoquer chaque jour doit s’imprimer dans tout acte théâtral. La création d’un personnage passe par tout un processus de recherche, passe par une confrontation avec soi, mais aussi avec tous ces Autres, avec toutes ces énergies : celle des textes, des situations, des atmosphères, de la musique, des êtres, et aussi la sienne, mais pas uniquement la sienne.

La Compagnie Le Vélo Volé produit aussi des spectacles professionnels, tourne dans toute la France, et est présente régulièrement à Avignon. Avec cette expérience de terrain, elle témoigne le plus justement qu’elle peut des réalités de ce métier. Tout d’abord, de l’extrême bonheur de le faire, mais aussi de ses difficultés, des doutes, de la recherche de travail, de la complexité à monter des projets. Et c’est en ne contournant pas tous ces paramètres que l’on peut réussir.

Les élèves sont fréquemment en contact avec la troupe professionnelle, et certains comédiens interviennent dans l’année sur un thème, sur un stage caméra, sur un auteur etc., pendant au moins une semaine, afin de diversifier les enseignements, mais toujours dans la ligne décrite au-dessus.

Lors des périodes de concours, plusieurs examens blancs sont proposés, devant divers jurys :

1. La troupe professionnelle du Vélo Volé
2. Un jury professionnel extérieur à la compagnie
3. Un jury composé des pratiquants amateurs du Vélo Volé

Pour valider ces travaux et se confronter à la réalité, chaque année, les élèves donnent un spectacle de rue à Boulogne qu’ils jouent une dizaine de fois dans la journée. Environ 1 000 personnes le voient.

Enfin dans un théâtre parisien, au mois de juin, trois soirs de représentation sont donnés à Paris, pour une pièce ou un florilège de scènes.
Depuis 2014, cela a lieu au Théâtre Ciné 13 à Montmartre (Le Cercle de Craie Caucasien en 2014, Les Héros sont Fatigués en 2015 et La Réunification des Deux Corées en 2016.)

François Ha Van